http://conseil-en-image-professionnelle.com/

En temps qu’ancienne timide, je voudrais aujourd’hui vous booster, vous secouer… et vous faire part de mon expérience : il y a tellement mieux à faire, dans la vie, que de se cacher ! Soyons clairs : vous n’avez plus le temps d’être timide !

La vie va vite. À la maison comme au travail, vous avez votre rôle à jouer, votre place à prendre, pour la bonne évolution des choses ! Franchement, en tant que professionnel(le), ne croyez-vous pas qu’il est temps de laisser votre timidité au placard ? Si ? Et bien faite-le !

Voici 3 conseils, testés (par moi) et très approuvés  (par tout mon entourage professionnel ET personnel) :

1)      Remerciez votre timidité… :

Oui ! Vous avez bien lu ! Remerciez-vous d’avoir été cette personne timide pendant un temps de votre vie !

Car si vous l’avez été, si vous avez été cette personne mal à l’aise en public et qui se cachait du mieux qu’elle pouvait, c’est qu’à un moment donné, votre cerveau a (peut-être faussement) enregistré le message que vous courriez un danger à être vu ou entendu.

Le cerveau humain est complexe, mais sa partie reptilienne est directement reliée à ce que nous avons vécu au fil de notre histoire personnelle et, plus largement, au niveau de l’évolution de notre espèce.

Il fut un temps ou nous devions notre survie au fait que des animaux féroces ne découvrent pas notre existence ! Il fut un autre temps, malheureusement, où nous avions à nous cacher pour surprendre notre ennemi et gagner contre lui. Tout cela est engrammé dans nos cellules comme le fait de dire que «  l’enfer, c’est les autres » ! Il s’agit d’une croyance qui n’a plus sa place dans un monde de co-création, de découvertes, d’avancée technologiques et humaines bouleversante comme celles que nous vivons ! Aujourd’hui, nous pouvons agir et nous positionner « gagnant-gagnant » ! Elle est pas belle, la vie ?

Malheureusement notre cerveau, lui, n’a pas lâché son reptilien ! Et nous transmet de la peur, nous paralyse quand nous devons « affronter » les autres et prendre notre vraie place !

Cela suffit ! Décidez que cela suffit.

Remerciez-le, ce cerveau, et…

 

2)      Passez à autre chose !

Imaginez-vous lorsque vous n’aurez plus ces peurs irraisonnées qui vous assaillent au moment de prendre la parole devant votre équipe ou de rencontrer pour la première fois votre prochain client !

Que ressentirez-vous alors ? Que ressentirez-vous lorsque parler à votre supérieur, animer une réunion ou poser une question délicate dans une assemblée vous paraîtra facile ?

Que ressentirez-vous lorsque vous aurez admis que ces actions sont anodines et ne décideront en rien de votre survie, ni de votre futur ? Que vous avez le droit de parler, le devoir de le faire !

Ressentirez-vous de la légèreté ? De la liberté ? De la puissance ? De l’aisance ? De la joie ? De la légitimité ? De la facilité ? De l’efficacité ?

Quels sont les mots qui vous viennent ?

Prenez quelques instants pour ressentir ces émotions dans votre corps. Notez-les, pour vous-même ! Voilà un état que vous êtes en mesure d’atteindre !

 

3)   Assumez votre mission !

Pourquoi souhaitez-vous prendre la parole ? Quelles missions vous a-t-on confiées ? Quelle mission vous êtes-VOUS donnée ???

Ce que vous avez à dire, vous devez le dire !

Personne ne le peut à votre place ! Personne ne l’exprimera comme vous !

Oh bien sûr, vous pouvez m’objecter que quelqu’un d’autre sera plus ceci, plus cela, plus à même de le faire…

Je dois vous le dire : c’est  une excuse ! Une mauvaise excuse pour laisser votre cerveau reptilien reprendre le dessus ! Et je vous rappelle que vous avez décidé d’être vous-même, il y a tout juste quelques instants ! Cela implique de prendre vos responsabilités !

Votre entourage professionnel, votre hiérarchie, vos clients ou vos patients ont besoin de ce que vous avez à leur transmettre ! Qui sait ce que votre discours, votre question, aura comme effet sur leur perception des choses ?

La phrase que vous allez prononcer est peut-être la clé de leur problème du moment !

La garder pour vous est tout sauf professionnel… et même tout sauf vous !

Avec ces 3 points de réflexions concernant votre timidité, vous avez toutes les cartes en mains pour en finir. Passez immédiatement à l’action et dites ce que vous avez à dire !

Et surtout, dites-nous comment ça s’est passé en commentaire : nous serions ravis de poursuivre la discussion !

L'auteur :


Ancienne « timide », je suis aujourd’hui Chanteuse et Coach d’Artistes. Je partagerai sur ce blog mes connaissances et expériences de la voix et de la communication. Alors à très vite !

4 réponses à Plus le temps d’être timide !
  1. C’est tellement juste de remercier sa timidité et non de la détester, car nous devons accepter d’abord ce que nous désirons changer!

    • Merci Mireille ! En effet, « tout ce à quoi l’on résiste persiste »! C’est en faisant la paix avec nos petits défauts et grands complexes que l’on peut passer à autre chose et se transformer !

  2. Merci Déborah !

    Cela fait un bien immense de vous lire. Etant moi-même d’une nature réservée, je dois toujours faire de gros efforts.
    Je ne donne jamais cette impression aux autres personnes et pourtant… (rires).
    Bien évidemment, je me soigne du mieux que je peux… (rires)
    Amitiés et au bonheur de vous lire.

    • Merci beaucoup Sylvie !

      Un grand nombre de personnes dont nous pensons qu’elles sont extraverties et à l’aise sont en fait des personnes réservées, voire timides, qui se donnent le challenge d’aller au-devant des autres, bien que cela ne leur soit pas facile ! Bravo pour ce courage… et merci de votre soutien !


[Haut de page]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *