Parler étant naturel, très peu d’écoles forment véritablement à la prise de parole. Pourtant, bien parler en public n’est pas toujours facile.

Lorsqu’il s’agit de le faire devant public, cet acte de parler qui nous semblait aller de soi fait émerger de nombreuses émotions : le trac  et la peur de mal se faire comprendre, de bafouiller ou d’être ridicule, bref, de ne pas savoir faire passer son message, peuvent nous paralyser. Prendre la parole en réunion, lors d’une conférence ou d’un entretien peut être source de grandes angoisses. Or, nous sommes très souvent sollicité(e)s à le faire dans notre vie professionnelle. Voici comment gérer cette tâche afin qu’elle devienne plus aisée et apaisée : Bien parler en public se fait en 3 temps :

1. Se préparer à parler en public :

Prendre la parole ne s’improvise pas ! Si vous savez que vous devez intervenir oralement à une date précise ou que vous avez un discours à formuler, travaillez votre contenu à l’avance.

Ecrivez ce que vous souhaitez formuler, de manière à trouver les mots, les tournures les plus appropriées pour la transmission de votre message. Ne comptez pas uniquement sur votre sens de l’improvisation du moment car, avec le stress d’alors, vos idées risquent de s’embrouiller.

Même si vous ne souhaitez pas lire vos notes, le fait de les avoir travaillées vous permettra de mémoriser vos idées et concepts clés et de garder votre fil conducteur. Afin d’écrire facilement votre discours, imaginez-vous le Jour J, avec vos interlocuteurs.

À qui allez-vous vous adresser ? À quel moment et dans quel but ? Votre discours doit absolument être adapté à ces éléments. On ne parle pas de a même façon à son équipe qu’à un public de visiteurs externes par exemple. Ni à 11 personnes qu’à 300. Ni à l’occasion d’une cérémonie festive qu’au moment de l’élaboration d’un produit innovant. Tenez compte de ces paramètres pour écrire votre discours, puis, entraînez-vous à le lire ou le dire. Le déclamer tranquillement chez vous, hors stress, est important. C’est ce qui va vous permettre de le mémoriser et de vous détachez plus naturellement de vos notes le jour J.

Travaillez votre diction : Pensez à parler lentement, de façon claire et articulée. Appuyez les mots importants, les concepts-clés dont vous voulez que votre interlocuteur se souvienne.

2. Le Jour J :

Une fois devant vos interlocuteurs, détendez-vous autant que possible. Voyez cet exercice de prise de parole, non comme une épreuve mais comme un échange avec d’autres personnes avec qui vous souhaitez travailler le plus efficacement possible. Les gens autour de vous sont là pour vos écouter, non pour relever vos imperfections.

S’il y en a, si votre voix coince un peu, que certains mots s’échappent, lâchez prise et allez de l’avant. Continuer à parler lentement. Ce qui compte, ce n’est pas la quantité d’éléments que vous fournissez à vos auditeurs mais que ceux-ci soit bien entendus, compris et retenus. Si le trac se fait sentir, rappelez-vous de respirer lentement.

Repensez à votre travail de préparation et de déclamation, dans la chaleur de votre cocon familier. Imaginez-vous en train de répéter votre discours, encore une fois, sans personne autour de vous, le temps de faire un peu baisser la pression. Peu à peu, ouvrez-vous aux personnes présentes. Repérez celles qui montrent ouvertement leur adhésion à vos propos (il y a toujours des personnes plus expressives que d’autres) et puisez de l’énergie dans vos échanges de regards.

Si vous sentez que cela peut vous aider, pourquoi ne pas faire état de votre stress, par un peu d’humour ou par une phrase authentique. « Ma langue a fourché malheureusement ! Excusez-moi, j’ai assez peu l’habitude de prendre la parole devant autant de monde et j’en suis un peu ému(e) » ne vous fera pas passer pour quelqu’un qui manque de professionnalisme ! Bien au contraire ! Cela peut vous aider à reprendre le dessus en vous appuyant, encore une fois sur l’essentiel : transmettre votre message !

 3. Tirer les leçons :

Une fois votre prise de parole effectuée, prenez un temps pour en faire le bilan. Nous avons tendance à sauter cette étape, pourtant primordiale pour vos prochains oraux !

Comment cela s’est-il passé ? Avez-vous pu transmettre ce que vous vouliez dire ? Comment vous êtes-vous senti(e) ? Qu’est-ce qui vous a aidé ? Avez-vous eu des retours des personnes présentes ? De quel ordre ? D’autres personnes que vous ont elles pris la parole également ? Comment ont elles procédé ? Que souhaitez-vous changer la prochaine fois que vous serez amené(e) à faire l’exercice ?

Prenez un peu de temps pour répondre à ces questions, valider ce qui a marché dans votre prise de parole et penser à ce que vous souhaitez améliorer pour la prochaine fois.

Car le fait de prendre régulièrement la parole vous sera bénéfique sur le long terme. Cette répétition vous aidera à agir plus efficacement sur votre stress mais également à prendre confiance en vos compétences de transmission et à prendre confiance en vous. Avouez que c’est une belle récompense !

Dites-nous dans les commentaires comment se passent les prises de paroles en public pour vous !

L'auteur :


Ancienne « timide », je suis aujourd’hui Chanteuse et Coach d’Artistes. Je partagerai sur ce blog mes connaissances et expériences de la voix et de la communication. Alors à très vite !

2 réponses à Bien parler en public (en 3 temps)
  1. Très intéressant de penser à faire le bilan de son intervention pour progresser!


[Haut de page]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *