Male Eastern Bluebird With Baby

« Pourquoi ne comprend-elle pas ce que j’attends d’elle ? Cela me semble pourtant simple ! ». « J’ai pourtant fait ce qu’il m’avait demandé, il n’a pas l’air satisfait »… Nos rapports professionnels sont parfois très compliqués. Nous passons beaucoup de temps ensemble, et pourtant, nous avons du mal à nous comprendre. Comment faire pour coopérer plus sereinement ? Et si la solution résidait dans notre mode de communication ? Feedback, vous avez dit feedback ?
C’est un fait : nous sommes tous différents ! Nos parcours professionnels, nos histoires de vies, nos expériences, nos connaissances et nos émotions influent sur la manière dont nous allons entendre un message, aussi clairement édicté qu’il soit. Ainsi, chacune de nos relations va fonctionner sur des codes différents, basés sur un bon nombre d’interprétations subjectives, et c’est tout à fait humain.
Le problème est que cela nous prend beaucoup d’énergie que de réparer les pots cassés relationnels et cela nous rend moins productifs… et aussi beaucoup moins heureux.
Je vous propose de vous intéresser à l’une des clés de la communication, qu’elle soit professionnelle ou personnelle : le « feedback ».
Cette notion peut être traduite par « nourrir en retour », ce qui corrobore l’image de la relation entre deux être qui doit être « nourrie ». Si l’on ne fait rien pour nourrir, entretenir une relation, elle va, avec le temps, se détériorer !
Et une façon de nourrir sainement votre relation, c’est de faire des « retours » à l’autre, de dialoguer.
Voici 3 pistes pour un feedback de qualité :

1) Reformulez

Osez dire ce que vous avez compris de ce que dit l’autre, prenez le temps pour reformuler. Faites taire votre complexe d’infériorité qui vous fait entrevoir cela comme une preuve de votre manque d’intelligence ! Au contraire : reformuler ce que l’autre a dit pour s’assurer d’avoir compris le sens de son message fera de vous une personne émotionnellement intelligente. Et ça, ça n’a pas de prix dans une équipe !
Je vous invite, au courant de cette journée, dans vos diverses interactions, à revenir régulièrement sur ce qui a été dit pour clarifier, reformuler, s’assurer d’avoir bien compris ce que dit et/ou ressent l’autre… Vous serez surpris de voir combien on peut mal interpréter un mot ou une phrase et ce sera beaucoup de temps de gagné pour tout le monde si vous n’avez plus à y revenir ultérieurement.

2) Osez l’authenticité

Je constate souvent, dans mon travail d’accompagnement, qu’un des freins à l’authenticité est la peur. Et pas seulement la peur de s’exprimer ou d’être « mis à nu » en prenant la parole. Souvent, nous avons peur de blesser l’Autre en étant, nous-même, d’être trop tranché dans nos prises de positions et jugements.
Pour éviter cela, ne soyez pas accusateur mais parlez de vous et de votre ressenti. Dites comment vous vous sentez plutôt que « ce que l’autre a fait ». N’accusez pas mais ouvrez-vous.
Vous verrez que le jeu en vaut la chandelle.
Et dans tous les cas, si vous avez une remarque à faire à quelqu’un :

3) Soyez constructifs

Si vous craignez de faire un retour à l’Autre parce que vous sentez que ce que vous avez à dire sera perçu comme négatif, essayez la méthode « Sandwich » : Sachez dire le négatif, en l’enveloppant de positif !
Trouvez d’abord un point positif sur lequel appuyer.

Ensuite seulement, parlez de « l’axe de progrès » que vous entrevoyez (et non du « défaut » ou de « ce qui a été raté »).

Terminez en citant une ou plusieurs qualités de votre interlocuteur qui vos amènent à penser qu’il saura dépasser cet état de fait.
Par exemple : « Jean, ton sujet de mémoire a été traité avec beaucoup de minutie et de recherches. Franchement, bravo pour ça ! Je trouve néanmoins que l’on gagnerait à susciter encore plus d’intérêt de l’équipe en raccourcissant un peu le temps de ta transmission. Avec tes qualités de synthèse et ta réactivité, cela devrait être une belle réussite pour ta prochaine présentation »
Croyez-vous que Jean aura la motivation nécessaire pour coopérer avec enthousiasme après ça ? En tous cas, vous aurez fait ce qu’il faut pour cela !

Votre communication sera grandement améliorée grâce au feedback et à ces 3 dimensions.

À présents, vous avez les cartes en mains ! Comment comptez-vous les utiliser dans votre vie professionnelle ? Dites-nous tout dans les commentaires !

 

 

L'auteur :


Ancienne « timide », je suis aujourd’hui Chanteuse et Coach d’Artistes. Je partagerai sur ce blog mes connaissances et expériences de la voix et de la communication. Alors à très vite !

6 réponses à Le feedback, une clé de la communication !
  1. Belle métaphore que la « méthode sandwich »!

  2. Bravo Deborah, je trouve ton article très clair, et très concrètement positivant…J’ai des progrès à faire pour la méthode sandwich…je m’entraine, l’image me plait aussi.

    • Merci beaucoup Chrystèle ! Nous avons tellement à gagner en communiquant de façon plus authentique et apaisée ! C’est toute la raison de mes activités de chanteuse et de coach ! Imaginons et créons un monde où nous pourrions oser nous exprimer, partager, co-créer… Et ça implique aussi cet état d’esprit au travail (quel beau laboratoire !)

  3. Stephanie Moustache mai 12, 2015 at 11:53 Répondre

    Bravo Déborah! Bel article et la méthode Sandwich est bien illustrée! Je confirme que cela fonctionne à merveille.

    • Merci beaucoup Stéphanie ! Je crois en effet beaucoup en cette méthode ! Elle fait des merveilles dans mes cours par exemple.


[Haut de page]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *